• mediation.esperpro@gmail.com

PRINCIPES

5 PILIERS DU RÉTABLISSEMENT


Que l’on soit malade ou praticien, concerné et/ou soignant, le concept de rétablissement en santé mentale s’appuie sur 5 principes fondamentaux. Tout au long du parcours de santé il servent de point de repères et sont interdépendants.

Dans le rôle d’aidant, quelle que soit la personne que nous ayons à soutenir, il est intéressant de tenter de balayer pour chaque entretien les ouvertures que permettent les 5 principes. Est-ce que la personne croit en l’avenir, à ses ambitions, en sa capacité à réaliser ses projets ? Est-ce qu’elle pense que sa santé a des chances de s’améliorer ? A-t-elle besoin de soutien ? A-t-elle déjà pensé qu’elle pouvait apporter son expérience et son aide à d’autres ? Pense-t-elle avoir progressé au niveau du développement de son réseau social ? Si non, y a-t-il des avantages à rester dans cette situation, des bénéfices immédiats à en tirer ?

> RESPONSABILISATIONPrendre conscience de sa propre responsabilité dans son parcours de soin. Être en mesure de prendre ses propres décisions et d’en gérer les répercussions pour gagner en autonomie. > EMPOWERMENT«Pouvoir d’agir»Dans le cardre du rétablissement en santé mentale,il s’agit d’acquérir des connaissances sur ses problèmes de santé, mais aussi ses droits et sur son traitement.Plus largement, l’empowerment consiste à accéder à la formation tout au long de sa vie et favoriser le développement de la littéracie. > PLAIDOYER POUR SOI-MÊMEÊtre en mesure de se faire entendre, pouvoir représenter ses propres intérêts et parler en son nom propre.Nécessité d’apprendre à s’affirmer, savoir se défendre. > SOUTIENDévelopper un réseau de soutien,auprès de soignants, de ses proches,comme auprès de ses pairs. Au sein duquel il pourra recevoir et proposer du soutien > ESPOIRDévelopper l’espoir de façon globale dans la vie de la personne. L’associer à la possibilité de rêver, à l’espérance d’un avenir meilleur pro

1 – ESPOIR :

L’espoir est le principe fondamental sur lequel repose la rétablissement. Il s’agit d’une disposition de l’esprit humain reposant sur l’attente d’une situation meilleure. Les médiateurs de santé pairs en santé mentale incarnent l’idée qu’il est possible de surmonter les troubles et les symptômes et qu’il est tout fait envisageable de vivre une vie satisfaisante malgré la maladie. Ainsi, ils véhiculent de l’espoir, en permettant une identification positive et ils luttent contre les stigmatisations au travers du soutien qu’ils apportent aux personnes qu’ils rencontrent.

2 – SOUTIEN :

En santé mentale, le soutien dont peut bénéficier une personne malade, dans les périodes difficiles comme dans les moments plus agréables, s’impose comme un des cinq piliers du rétablissement. La pair-aidance, souvent assimilée aux groupes d’entraide mutuelle, est une modalité de soutien particulièrement intéressante. Elle repose sur l’aide réciproque que s’apportent des personnes ayant traversé des expériences similaires. En effet, dans le mouvement du rétablissement, les expérimentations sont valorisées comme mode d’apprentissage empirique (par l’expérience sensible). Le vécu peut servir de boîte à outils, dans laquelle on pourra puiser de nouvelles ressources. De ces apprentissages vont nécessairement émerger des savoirs ; ces savoirs “expérientiels” peuvent alors être mis à l’épreuve du quotidien et aussi être utilisés dans un cadre professionnel.

3 – PLAIDOYER :

Il s’agit de savoir communiquer avec les autres de façon efficace, afin d’obtenir ce dont on a besoin, ce qu’on veut et ce qu’on mérite, pour continuer à aller bien et à se rétablir. Le plaidoyer consiste également à représenter ses propres intérêts et à parler en son nom propre. Pour se faire, il est nécessaire d’apprendre à s’affirmer / savoir se défendre. Le plaidoyer peut être considéré à 2 niveaux : le plaidoyer pour soi-même et le plaidoyer pour les autres. En effet, la mise en œuvre de pratiques orientées rétablissement (recovery oriented) nécessite de porter une parole et des valeurs communes.

4 – EMPOWERMENT :

Littéralement le mot signifie « en-capacitation ». Il s’agit d’un terme anglo-saxon traduit plus simplement par : pouvoir d’agir. Le terme empowerment désigne la « capacité à » faire quelque chose. Plus précisément, il est utilisé pour évoquer le fait de se mettre en mouvement, d’initier une action ou de prendre une décision. Il fait notamment référence au mouvement émancipatoire des afro-américains qui a marqué le mouvement des droits civiques (Civil Rights Movement), aux états-unis dans les années 1970. Ce mouvement désigne les diverses luttes et manifestations qui se sont organisées pour mettre un terme à la ségrégation raciale.

5 – RESPONSABILISATION :

On devrait plutôt parler de « responsabilité personnelle » : il incombe à chacun, avec l’aide des autres, d’agir et de faire ce qu’il faut pour continuer à aller bien. Prendre conscience de son rôle dans son parcours de soin et être en mesure de prendre des décisions, de les assumer, et d’en gérer les répercussions.

mediation.esperpro@gmail.com

Nous contacter
X